dimanche 25 décembre 2016

" Noël à la maison... y'a du bon..."

C’est pas parce qu’on n’est pas chrétien, qu’on peut pas avoir droit à un calendrier de l’Avent ! Na !





jeudi 15 décembre 2016

"Quatre péchitas..."

Vendredi d’une semaine,
Date de calendrier,
Qui fige dans la peine,
Nos cœurs à jamais endeuillés.

Désireux de soutenir vos parents,
Nous étions tantôt réunis.
Mais, dans les couloirs blancs
Parfois seuls nous errions, démunis.

Et ce jour, par ce terrible drame
Nous aura assurément tous affectés,
Tissant en chacun de nous une trame
Individuellement nuancée.

Quand, dans la littérature
De phases de deuil il est question,
Rien ne précise ainsi combien durent
Déni, colère, dépression ou acceptation.

Plus de quatre mois se sont écoulés
Qui insidieusement de ma notion du temps
Pourraient parfois me faire douter
La douleur, l’air d’avoir tant duré donnant.

On s’interroge parfois des yeux,
Cherchant à savoir où chacun en est
De ce cheminement douloureux.
Et, pour l’autre, on reste inquiet.

Et je tais exaspération, voire colère,
Quand, au détour de la discussion,
Je m’entends dire par des tiers
Que le temps fera oubli, diversion.

Pourquoi vouloir oublier pourtant
Qu’après des mois de grossesse
Ce qui devait faire joie des parents
S’avérerait comme effroyable détresse.

Qu’il y ait possiblement d’autres enfants
Que la vie nous apporte raison de bonheur !
Ne pourra jamais effacer pourtant
Le chagrin causé, l’implacable douleur.

Décembre devait rimer avec joie,
Car le terme était là fixé.
Il rime pourtant avec désarroi,
Alors que pèse la sourde réalité.

Et je ne peux pas tourner la page
De cet album à peine esquissé,
Alors qu’en moi reste figée l’image
De deux bébés que la vie a quittés.

Pas un jour sans penser « Jules… Arthur… »
Pas un soir sans vous souhaiter bonne nuit.
Dès le premier jour je savais que ça serait dur
Et là, toujours… aucun signe de répit.




mercredi 30 novembre 2016

"Mon beau sapinnnnnnnn...."



Petit sapin pour le bureau…
. ai cherché en forêt quelques branches
. les ai enrubannées
. les ai fixées sur une corde, en formant un sapin
. ai décoré le tout… que je dois encore suspendre à la plus judicieuse place…
Bonnes fêtes à tous et toutes, et surtout bonne santé…


jeudi 18 août 2016

"Ca n'est pas un adieu..."




Elle me l’avait presque fait deviner,
Me surprenant pourtant, quand elle me le confirmait
En affichant sur l’écran de son pc
Succinctement « On attend un bébé ».


Et ainsi dans un quasi délire
Mélangeant mes pleurs, mes rires
Cette heureuse nouvelle j’accueillais
Qui, d’émotions, ma vie chamboulait.


Mon besoin alors était grand
De lui dire ma joie, mon soulagement
Même si quelque chose tapi en moi
Troublait ma quiétude, causait désarroi !


Peut-être quelque peu fataliste
Alors que je me réclame simplement réaliste
Je n’osais mes réserves abandonner
Pour aux plaisantes perspectives m’adonner.


Et passé le fait de m’entendre dire
De vous savoir être deux bébés à venir
Je bardais mon cœur de ce pressentiment
Que tout pouvait tourner court brusquement.


C’était compter sans votre complicité
A vouloir ma méfiance déjouer
En toujours plus de place prenant
Au sein de votre si précieuse maman.


Vous m’invitiez à dans l’avenir me projeter
Vous les bout’choux si attendus, espérés
Me faisant endosser le rôle de grand-maman
Dans mon esprit votre prochaine naissance insinuant.


Là, mon cœur ravagé saigne des pleurs engorgés
Réalisant qu’il ne sera jamais autrement habité
Que par les souvenirs trop rares et si précieux
De ce vendredi 12 août horriblement facétieux.


Car il n’est plus question de félicité, de bonheur,
Alors que ne battent plus vos deux petits cœurs
En ce ventre que de mes yeux je couvais
Que de mes mains j’aurais voulu protéger.


Arthur, Jules, vous auriez pu nos vies émerveiller
Par vos sourires, vos mimiques, vos bouilles de bébés
Mais votre départ méchamment si soudain
De son empreinte aura scellé nos destins.


Jamais plus dans mes bras vous ne serez lovés, bercés
Vos petits visages, vos mains, je ne peux plus embrasser
Mais là, dans mon cœur, cette place pour vous je garde jalousement
Que celle d’être mes tous premiers petits-enfants.




A Arthur et Jules, nos précieux trésors


jeudi 4 août 2016

"Je petits grannyte"

Il était question d'une petite princesse qui devait encore naitre quand j'ai entamé cette couverture composée de minis losanges riches en couleurs...

Je sais qu'elle a beaucoup plu à la maman qui l'a reçue, ainsi qu'à bébé...











jeudi 30 juin 2016

"Je crois... qu'il s'y croit"




A l’énoncé « Le Paradis se trouve sous les pieds des mamans »…
Mon tendre amour ajoute …
« Et moi je suis ta clé d’entrée  dans le Paradis »
 
Une clé « Kaba »… en somme !


mardi 14 juin 2016

"De drôles d'oiseaux"

Des couvertures, oui... encore !

Pour deux bébés tellement espérés, tellement attendus...

On les appelle encore "Bébé J1" et "Bébé J2"... mais un jour ils auront de vrais prénoms ! Ah ça oui !

A l'occasion d'examens médicaux tendant à rassurer sur leur état de santé, j'ai empaqueté deux couvertures que j'ai crochetées tout spécialement pour eux !


Un coffret pour chacun des bébés, avec quelques petites babioles à l'intérieur... (hochets, brosse pour les cheveux, biberon, doudou, et autres).  Et les deux couvertures porteuses de symboles.

L'une est crochetée sur le thème du hibou... l'autre celui de la poule... De drôles d'oiseaux... pour qui sait comprendre !

   
                       Et toi... ma fille chérie, tu as compris, et tu souris...

couverture poules
couverture hiboux
 
coffrets souvenirs pour Bébé J-1 & 2